Commit 3b43a58a authored by Florent Chehab's avatar Florent Chehab

up

parent 1509e3da
\section*{Introduction}
\addcontentsline{toc}{section}{Introduction}
La cryptologie comporte deux branches qui se font écho et que nous allons détailler dans ce mémoire : d'une part la \textit{cryptographie} qui a pour objet le chiffrement de messages quels qu'ils soient, et d'autre part la \textit{cryptanalyse} qui s'attarde sur les capacités de déchiffrement \textit{extérieurs}\footnote{Comme expliqué par David Kahn dans \cite{kahn1996codebreakers}, le terme \guill{cryptanalyse} a été introduit par William F. Friedman en 1920 pour palier à l'ambiguïté du terme \guill{déchiffrer} qui caractérisait tout autant le déchiffrement autorisé que non autorisé. Ainsi, la \guill{cryptanalyse} caractérise un déchiffrement non-autorisé, non souhaité par l'auteur du cryptogramme.} de tels cryptogrammes. De part l'utilisation croissante des mathématiques, ces deux \textit{techniques} sont devenues des \textit{sciences} au cours du dernier siècle.
La cryptologie comporte deux branches qui se font écho et que nous allons détailler dans ce mémoire : d'une part la \textit{cryptographie} qui a pour objet le chiffrement de messages quels qu'ils soient, et d'autre part la \textit{cryptanalyse} qui s'attarde sur les capacités de déchiffrement \textit{extérieurs}\footnote{Comme expliqué par David Kahn \cite{kahn1996codebreakers}, le terme \guill{cryptanalyse} a été introduit par William F. Friedman en 1920 pour palier à l'ambiguïté du terme \guill{déchiffrer} qui caractérisait tout autant le déchiffrement autorisé que non autorisé. Ainsi, la \guill{cryptanalyse} caractérise un déchiffrement non-autorisé, non souhaité par l'auteur du cryptogramme.} de tels cryptogrammes. De part l'utilisation croissante des mathématiques, ces deux \textit{techniques} sont devenues des \textit{sciences} au cours du dernier siècle.
\bigskip
La lecture de l'ouvrage \citetitle{kahn1996codebreakers} de David Kahn \cite{kahn1996codebreakers} apporte un éclairage précis sur des faits marquants de l'Histoire en lien avec la cryptologie. Ces récits permettent une exploration de l'Histoire sous un nouvel angle et des événements prennent ainsi sens. L'histoire de la cryptologie, que nous allons tout d'abord aborder dans ce mémoire, ne sera pas de fait exhaustive : nous nous concentrerons sur les faits marquant du \siecle{XX}, car ces derniers mettent en évidence une efficacité essentielle, et décisive, de la cryptographie et de son pendant la cryptanalyse.
La lecture de l'ouvrage \citetitle{kahn1996codebreakers} de David Kahn \cite{kahn1996codebreakers} apporte un éclairage précis sur des faits marquants de l'Histoire en lien avec la cryptologie. Ces récits permettent une exploration de l'Histoire sous un nouvel angle et des événements prennent ainsi sens. L'histoire de la cryptologie, que nous allons tout d'abord aborder dans ce mémoire, ne sera pas de fait exhaustive : après avoir pris connaissances des fondements de la cryptologie, nous nous concentrerons sur les faits marquant du \siecle{XX}, car ces derniers mettent en évidence une efficacité essentielle, et décisive, de la cryptographie et de son pendant la cryptanalyse.
\smallskip
Remarquons dès à présent que la cryptologie est un outil si puissant que sont utilisation est redouté des \textit{puissants}. Elle est ainsi restée sous la stricte supervision des gouvernements jusqu'au milieu du \siecle{XX}, se limitant principalement à des usages politique et militaire en vue d'une recherche de confidentialité de l'information. Il a fallu attendre des révolutions techniques comme les cryptosystèmes à clefs publiques et des évolutions législatives pour voir d'autres sphères s'approprier cet outil.
\smallskip
Cette appropriation s'est faite à un moment où la technique devenait mature selon plusieurs critères que nous verrons. \todo{parler des critères quelques part} Maturité qui repose sur un changement de paradigme : la robustesse d'un cryptosystème ne repose plus alors sur sa nature secrète mais sur une complexité que nous qualifierons de \guill{calculatoire}.
Cette appropriation s'est faite à un moment où la technique devenait mature selon plusieurs critères que nous verrons. Maturité qui repose sur un changement de paradigme : la robustesse d'un cryptosystème ne repose plus alors sur sa nature secrète mais sur une complexité que nous qualifierons de \guill{calculatoire}.
\bigskip
Finalement, notons que ce document cherche à caractériser la course entre la cryptographie et la cryptanalyse. Par nature, la cryptanalyse étant nécessairement effectuée \textit{a posteriori} de la cryptographie, c'est cette dernière qui est toujours avance. L'objectif est donc plus précisément d'étudier cette avance, son impact et les tendances concernant sa longueur.
Finalement, notons que ce document cherche à caractériser la course entre la cryptographie et la cryptanalyse. Par nature, la cryptanalyse étant nécessairement effectuée \textit{a posteriori} de la cryptographie, c'est cette dernière qui est toujours en avance. L'objectif est donc plus précisément d'étudier cette avance, son impact et les tendances concernant sa longueur.
\todo{penser à parler de bsafe et de la NSA qui fou son nez}
......@@ -112,7 +111,7 @@ Nous avons pu voir qu'au fil des siècles que de nombreux chiffres ont été cr
Ainsi, l'étendue des capacités cryptanalytiques d'une entité (état, etc.) est rarement connue, il faut souvent attendre plusieurs décennies pour avoir connaissance de certains exploits (Voir \todo{enigma}).
Quoi qu'il en soit, le \textit{chiffre indéchifrable} reste un idéal dont beaucoup ont conscience. David Kahn montre dans \cite{kahn1996codebreakers} que jusqu'au \siecle{XX} (et après) les chiffres les plus sensibles, ceux des monarques, des états ou des armés, finissaient très souvent \textit{cassés}, donnant lieu à des retournements de situation exceptionnels.
Quoi qu'il en soit, le \textit{chiffre indéchifrable} reste un idéal dont beaucoup ont conscience. David Kahn \cite{kahn1996codebreakers} montre que jusqu'au \siecle{XX} (et après) les chiffres les plus sensibles, ceux des monarques, des états ou des armés, finissaient très souvent \textit{cassés}, donnant lieu à des retournements de situation exceptionnels.
\textit{NB : seul un chiffre sera réellement indéchiffrable}. \todo{vernam}
......@@ -425,6 +424,8 @@ Ces 5 critères ne peuvent être simultanément satisfaits, aussi Shannon fait l
\subsection{La révolution des cryptosystèmes à clefs publiques}
\todo[inline]{parler de Kerckhoff}
Avec la fin des grandes guerres, les états se sont un peu désintéresser de la cryptologie et le champs s'est ouvert à la recherche académique donnant lieu à une avancée majeure en 1976.
\bigskip
......
Markdown is supported
0% or
You are about to add 0 people to the discussion. Proceed with caution.
Finish editing this message first!
Please register or to comment